Je te vois nue

je te vois nue, partiellement nue. Car tu as des bottes avec de gros talons. du cuir qui épouse tes mollets, tes chevilles. Ensuite plus haut se trouve tes cuisses musclées, avec ta toison blonde, délicate qui cache timidement la naissance de tes lèvres sur lesquelles je salive de poser les miennes, et de ma langue les écarter doucement. De l’autre côté il y a tes fesses rebondies que j’ai envie de pétrir avec toute leur sensualité, et sur lesquelles je poserai aussi ma bouche avec délice pour préparer la venue de mon sexe. Je remonte encore vers tes seins à demi cachés par ta chemise rouge ouverte. Et ainsi j’explore ton corps. J’enfouis ma tête entre tes seins de rêves, je navigue entre tes tétons et la tendresse de tes globes qui caressent mes joues.Mes mains remontent en même temps le long de tes bras, depuis tes doigts jusqu’à ton cou, ta nuque, ton menton, et la naissance de tes joues, et encore plus haut, je masse doucement ton cuir chevelu alors qu’encore une fois je me grise de tes long cheveux qui s’étalent sur tes épaules et qui par moment caressent tes seins. Tu es a genou ainsi, et, répondant à une impulsion soudaine, je me lève et te surplombe. Mon sexe tendu se trouve à hauteur de ton visage. Tout en me regardant tu le caresses d’une de tes mains. Nous savons tous les deux que dans un instant je vais m’enfoncer dans ta bouche, que je vais fermer les yeux de plaisir, que je vais saisir ta tête et la presser contre moi. Nous avons tous les deux que tu va caresser mes couilles et me masser mes fesses. Nous savons tous les deux que je vais ôter mon sexe de ta bouche dans laquelle je pourrais jouir facilement, je vais embrasser ces lèvres merveilleuses et vais m’agenouiller devant toi, pour te rendre ce bonheur avec ma bouche, avec mes doigts. Je vais boire tes seins, embrasser ton sexe, introduire ma langue le plus loin possible, sentir monter ton excitation sous mes baisers, je vais sentir ton sexe s’ouvrir comme une conque marine et nous saurons que je vais te pénétrer profondément, que je vais baiser ton corps offert, ton corps ouvert, dégoulinant d’excitation. De mon sexe dur partira cette plainte qui traversera tes lèvres et viendra caresser mes oreilles, je jouirai de t’écouter jouir.

Je te vois nue parce que je ne te vois plus.

Moins je te vois, plus je te déshabille, dans mes fantasmes fous. Et nous ferions l’amour, comme ça sans pressions, sans concessions, sans lendemains. Juste pour aimer ces instants privilégiés. Tu me manques de ne t’avoir jamais touchée. Et d’avoir peut-être raté l’occasion de le faire. Mon imagination qui m’a fait écrire, te dédie parfois la première place. Celle d’une reine de mon coeur, nue en chemise avec tes bottes de danseuse.

… et puis le réveil sonne

ton epaule