Je ne sais pas pourquoi

Je ne pense plus au corps je l’attend …de toutes mes pores, de mon désir de bois chaque matin et souvent plusieurs fois dans la journée.. gonflé, dur, j’ attend… en vain j’ai peur… mais surtout, chut!! ne rien dire qui pourrait le vexer… ce putain de fantasme, qui me régale l’imagination et me pourri l’attente… et m’emmène loin de la réalité, me fait flotter dans un rêve éveillé, dans un désir permanent, une fuite en avant… en arrière, en avant…