Le rève

C’est un décor flou aux couleurs violentes que j’entrevois. Un kaléidoscope de rouge écarlate, de pourpre zébré d’éclairs jaune vif. Les coins s’assombrissent et les détails se précisent par endroit, le long de ses courbes lisses. Je ne vois plus qu’elle au cœur de mon maelström.
Elle se tord, se cambre. Je vole autour, elle écarte les cuisses et je passe devant, dessous, puis derrière, et encore devant, je me gorge de ses visions paradisiaques. Son corps, chaque détail est emprunt de volupté. Elle me regarde et m’invite du regard. Elle me tourne alors le dos , se penche en avant et de ses doigts habiles me montre la voie…
Je me présente juste à l’entrée et ne bouge plus. Je la fait frémir. Elle me presse de la pénétrer, mais j’attends encore. Je ne bouge pas. Je savoure cette instant de bonheur, cette vision dans mon rêve. Son cul offert… J’effleure ses lèvres du bout de mon sexe, elle s’ouvrent encore et semblent vouloir m’engloutir. Je remonte vers son dos qui se cambre, ses reins qui frémissent, ses hanches qui se balancent… Mon regard remonte encore vers sa nuque balayée par ses cheveux, et puis sa tête se tourne à moitié vers moi, et je voie son profil, sa bouche entre ouverte si belle, son œil qui me regarde et m’implore. Le spectacle est divin. Elle est si belle comme ça, comme un tableau de Klimt. Mais vivante chaude, frémissante… et surtout… à moi… Je choppe sa taille et la serre fort, enfonçant un peu mes doigt dans sa chair, elle aime ça, elle sait l’imminence, , elle la sent venir. Elle tourne à nouveau vers moi ses yeux fous et tout en la fixant je la prend d’un coup à fond jusqu’à la garde. Elle lâche un cri de plaisir. Je reprend mon élan et la reprend violemment lired’un seul coup. Elle crie encore accompagnant mon coup de reins, alors ses yeux se perdent en tourbillons, et je recommence encore et encore plus fort, plus vite, elle se lâche complètement et hurle à présent au rythme de mes coups de boutoirs. Je lui pétris les hanches, les jambes, les fesses, je la fais danser sur ma queue. Je la baise à présent sauvagement et je sens monter son plaisir inexorablement alors en lui claquant une gifle retentissante sur chaque fesse, j’intensifie mon va-et-vient et lui fait enfin atteindre un orgasme qui la secoue et la laisse sans voix.
Elle est si belle quand elle jouis. Son corps devient dur, je sens ses lèvres se resserrer autour de ma bite. Elle est complètement écartelée et la vision de son cul agité de soubresauts de plaisir me remue le ventre. C’est avec peine que je contiens ma jouissance. Je me retiens. Je veux la faire jouir encore. Elle devient fluide petit à petit. Elle est belle. Nous ne changeons pas de position. Elle se colle contre moi en gémissant de plaisir. Elle tourne la tête et me regarde, dans ses yeux je vois la quiétude de la décontraction. Elle est libre à présent. Elle est prête à tout pour mon plaisir.
Passant sa main entre ses jambes elle prend mes couilles dans ses mains et les masse doucement pendant que je caresse ses seins par derrière. Elle est belle. Et je me sent puissant, je n’ai pas débandé et je la rempli toujours. Elle me caresse de l’intérieur, me masse amoureusement dans son fourreau d’amour. Je lui ai fait du bien et elle sait que je vais lui en faire encore. Ma main droite descend vers son ventre, passe légèrement le long de son sexe, puis descend encore vers ses cuisses à l’intérieur. Mon autre main caresse toujours ses seins, ses tétons qui gonflent et durcissent encore.
Tout doucement elle poursuit son massage intérieur et commence à y prendre gout. Ma bite gonflée la remplit complètement. Elle prend ma main en bas et la guide vers son sexe. Je sais ce qu’elle veut. Tout en la massant tendrement avec mon sexe de l’intérieur, je commence à presser doucement son clitoris, je le caresse le titille, passe dessous autour, je l’excite à en mourir…Elle pousse un énorme soupir de plaisir et appuie sa tête en arrière sur mon épaule. Je l’aime comme ça, si belle…Nous commençons des mouvements circulaires et tout en caressant son clitoris je la guide de ma main et la plaque contre mon ventre afin que nos sexes se pressent encore plus. Ma main se fait plus pesante sur son sexe à l’exterieur, je la masse à présent de plus en plus vite, à l’intérieur nous fusionnons onctueusement. je sens encore son plaisir monter, je coordonne ma bite et mes doigt pour lui procurer le plus de plaisir possible. J’accélère mes coups de reins, chaque coup claque contre ses fesses, et de ma main je la presse contre moi, ça y est elle vient elle me le dit. Elle làche une longue plainte et je la plaque alors de toute mes force sur mon sexe, lui écrasant le sien de ma paume. J’ai l’impression que je m’enfonce encore plus en elle, je me sens indestructible, immense. Elle jouit encore, elle prend son temps. Moi je la sent écartelée sur moi et je l’aime, je l’aime tant, abandonnée, libre… Même si je sais que je ne la possède pas, là maintenant elle est toute à moi, et j’en profite… Nous restons alors un moment dans cette position mais, si elle ne se presse pas pour bouger, moi je sens que cogne en moi l’envie de jouir, de l’inonder, de me lâcher moi aussi, j’en veux pour mon plaisir. Elle le sait et recommence à me caresser les couilles. Je la reprend par les hanches mais, elle prend alors les choses en main…
Elle se désempare de mon sexe et se tourne vers moi. Tout en me fixant d’un regard pénétrant, elle commence à me branler lentement sur toute la longueur de mon sexe. Alors je me laisse aller en arrière dans le vide et la regarde faire. Tout en continuant à me branler elle approche ses lèvres de mes couilles, je ne la voie plus mais j’imagine sa petite langue qui sort, et je la sent alors me lécher par petits coup, chaque coup de langue est une petite aiguille de plaisir qui explose de mes reins jusqu’à ma tête, Oh vas-y mon amour fais moi du bien, fais moi crier, je t’aime. elle poursuit ses petits coup de langue et moi je suis au anges, puis elle descend encore plus bas… sous les bourses et là avec sa langue elle me fait crier de plaisir, elle continue encore encore encore, elle sait que c’est bon, elle sait que j’aime ça et elle y met tout son cœur tout son amour. Je suis si bien. Elle remonte doucement vers mes couilles et commence à les aspirer une par une, elle les mordille doucement et tire juste asses pour que la douleur soit bonne. Oh vas-y encore…Suce moi maintenant! Elle remonte alors et recommence ses petits coups de langue mais cette fois à la base de mon sexe, elle remonte doucement tout le long jusqu’au gland et là commence à tourner autour avec délectation, j’ai l’impression qu’elle me déguste, je me sens beau, délicieux, je suis une friandise pour sa bouche adorée. Je revois ses yeux, ils sont mi-clos, les cheveux passent et repassent devant et se mêlent au kaléidoscope environnant, elle se mélange aux éclairs dorés qui tout en transperçant le ciel pénètrent mon corps dans un million de rayons de plaisir…Elle me regarde en souriant et accélère la cadence, elle serre bien sa main autour de ma bite et me caresse énergiquement. puis tout à coup elle arrête et m’engloutit dans sa bouche. Elle me suce et c’est bon c’est chaud, sa langue tourne à l’intérieur, son palais me caresse, ses lèvres descendent encore et encore elle me suce et ses bon. Sa bouche est comme un sexe.Elle la ressort et me branle encore de plus en plus vite, je sens le plaisir venir de très loin, elle me reprend dans sa bouche et me suce encore, me branle, me suce, me branle, me suce. Je sens mes couilles se remplir de plaisir, mon ventre se serre, tout mon corps se tend, alors dans un ultime effort au point culminant de mon excitation elle glisse un doigt coquin entre mes fesses et me caresse l’anus, c’est le déclic, j’explose complètement dans tous les sens, je jouis longuement, le plaisir explose dans ma tête et elle me boit, m’aspire encore, je meurt de plaisir dans sa bouche, dans son corps, je me liquéfie, ça dure longtemps je suis bien, je suis loin de la terre, perdu de plaisir dans un maelström de couleur. Elle m’a rendu au centuple la monnaie de ma pièce, je lui suis plus que redevable de ce plaisir. Je rouvre les yeux et la voit, les cheveux en bataille toute secouée de mon plaisir, un peu impressionnée, mais ravie… Oh toi…Je vais te faire des choses impensables, je vais te remplir de plaisir, te faire crier de bonheur, te prendre dans tous les sens, n’importe quand…mais d’abord… laisse moi un peu récupérer… dormir un peu…Une langueur s’empare de tout mon être, mes yeux se troublent, tout devient irréel, ta silhouette se dissipe en couleurs innombrables et se mélangent dans le ciel, je te sens partir…non…reste, je ne veux pas me réveiller maintenant, je veux rester dans ce rêve pour toujours. Je me réveille comme toujours…qui es tu?tu es si belle

Laisser un commentaire