Jack

Jack me regarde immobile, il fixe un point en moi.

Il connait si bien sa cible je suis facile à toucher.

Oui j’avoue, j’avoue que je t’aime toi qui me prend tel que je tombe…

 

Jack me ramasse quand je sombre.

Jack passe en revue mes trous noirs
Quand je suis pire qu’un bâtard
Il me dévisse il me décoince
Il me retourne me couche et me borde

Il est le pourfendeur le libérateur, le dévergondé ah yeah!

Jack me rattrape quand je plonge
Au fond de mes eaux troubles
Il flotte avec moi dans des ondes
Ou des sirènes m’entraînent
Rien ne vient troubler ces moments
Je suis prisonnier de ses bras
J’ai oublié qui j’étais
Avant de n’être plus que son ombre

Il est le pourfendeur le libérateur, le dévergondé ah Yeah!

Jack est heureux et il coule
De sa bouteille à mon verre
Il est lubrique et il m’invite
Au triolisme avec Danielle

Jack, Danielle et moi…

cuisiner ou l’art du plaisir

Cuisiner pour moi, c’est essayer de faire apparaitre des petites étincelles dans les yeux des convives, faire naître un certain plaisir proche de la volupté, une gourmandise, quelque chose qui nous ramène à l’enfance, mais en gardant bien-sûr notre sensibilité d’adulte. Enfourner une bouchée et fermer les yeux… Pour moi c’est une manière de donner du plaisir aux nanas autrement que physiquement. Surtout quand elles ne sont pas disponibles, tout comme moi… Je leur fais l’amour par la bouche, j’entre dans leur corps sous la forme d’un bon petit plat, sans aucune perversion, juste le plaisir de faire plaisir, c’est unique, privilégié, privé, jouissif, et à l’arrivée personne n’a été abusé, tout le monde a participé de bon cœur en y mettant du corps, en se concentrant en étant attentif à l’éveil de nos sens, nos sensations, l’accord parfait, une bonne baise avec préliminaires, plat de résistance, desserts, pousse café… festivités…plaisir de bouche

Attention toutefois, tout tombe à l’eau si le plat est raté… ou alors il faut savoir recevoir, ce qui n’est peut-être pas mon cas…